Une maison cube en bois sur un terrain enclavé

MAGICKUB B(r)ouillon architectural
Atelier RVL architectes, Jean-charles Liddell [coord.]

Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - MagicKub végétation

Photo © Jean-Charles Liddell

Version Française – The english version of this presentation can be found here.

Détails du projet

« Langue de Bois »

Maîtrise d’œuvre :
Atelier RVL architectes
Jean-charles Liddell

(Avec Pierre Alexandre Cochez, paysagiste)
 
Lieu : Proche de Tours
Année de construction : 2006
Surface Habitable : 130m²
Matériaux : Bois
Équipements : Chauffage au sol et poêle à bois haute performance.

Durée des études : 6 mois
Durée des travaux : 6 mois

Enveloppe globale : 129.000 €
(prix de 2006)
Honoraires architecte : nc

« Encore une maison cube !!! »

    Programme sensiblement atypique, puisqu’il s’agit de ma maison … : Une jeune famille désirant « vivre ensemble », dans une maison à faible budget et dans la mesure du possible, la plus respectueuse de son environnement.

    « L’ architecture est une réalité imaginaire qui dit et quelque fois suggère le non dit » – MELVIN CHARNEY

    Le terrain est un ancien verger d’un pavillon des années 1960 en bordure d’une rue calme, située dans un bourg ancien devenu résidentiel aux environs immédiats de Tours. Le terrain, enclavé en cœur d’îlot, est cerné sur trois de ses côtés (est, nord, sud) par des maisons très proches. De gros vis-à-vis donc et une obligation de se mettre à 3 m des limites séparatives. La parcelle en lanière est orientée est-ouest perpendiculairement à la voie publique Côté Ouest se trouve un appentis existant conservé dans son jus. Côté rue, à l’est, son chemin d’accès longe la maison existante et son jardin arrière, puis se déploie sur 60 m x 15.5m avec de part et d’autre : une volumineuse maison bourgeoise du XXe siècle en tuffeau au nord, et une bâtisse plus récente au sud. L’implantation de la maison se fera dans le dernier tiers du terrain. Ainsi est dégagée sur l’avant une vaste surface plantée composées d’arbres fruitiers existants, elle fonctionnera comme une zone tampon avec les maisons environnantes. Sur l’arrière, une véritable « pièce » extérieure est créée, plus intime et à l’abris des vis-à-vis. Les vents dominants Ouest et plus rarement Nord sont relativement importants à l’étage du fait de la position de promontoire du site.

    Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - MagicKub ouverte sur le jardinPhoto © Gaëlle Leboulicot

    Une forme « non architecturée »

      « Encore un cube … !!! »
      Cette maison s’inspire du lieu et répond à l’appentis existant du fond de la parcelle : Une forme « non architecturée » avec des matériaux brut plus ou moins détournés. L’essentiel Quoi !…

      Pas de gesticulations formelles. On part de « l’ordinaire », de l’ennuyeux, d’une forme informe, caricaturale pour un peu d’extraordinaire … Partir du plus économique à court et à long terme, (dimension 9,43m x 9,43m acceptant les standards de l’ossature bois aux fondations et plancher sur VS jusqu’à la lame de bois du bardage de 15 cm de large) ; ainsi l’ensemble de la Maison a été livré dans un semi-remorque, composé de 8 panneaux bois pré-assemblés, de la charpente et du bardage, soit 5 jours de montage pour l’ensemble ; et la plus écologique (compacité optimum ; du fait du choix des ouvertures, de la disposition intérieure et du plancher chauffant, la facture de chauffage est divisée par quatre).

      A chaque fois que l’on évide le cube pour trouver des ouvertures, on retrouve les voiles intérieures leur répondant, de telle sorte que la lumière est rabattue ou filtrée. Chaque percement est déterminé en fonction de l’orientation et des vues … (les baies verticales des espaces de sommeil cadre sur le jardin tout en évitant les vis-à-vis, la baie haute Sud lobe la maison du voisin en terme d’ensoleillement …).

      Un principe constructif simple

        Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - MagicKub en chantierPhoto © Jean-Charles Liddell

        Nous avons donc un principe constructif extrêmement simple, en étroite relation avec l’espace intérieur (« habiter » la structure) : un poteau central contreventé en RdC et à l’étage par des voiles poreux, véritable branchies de la maison, partitionne l’espace créant des effets de pare vu, des effets cinétique, des jeux avec la lumière naturelle et artificielle : ces voiles filtrent les moments de la journée. L’articulation de ces deux voiles est renforcée par l’escalier et le poêle (on passe « dessous, dessus, devant, derrière les voiles », accompagnement de la lumière avec le mouvement dont la circulation verticale par exemple).

        Tout parle de mouvement et de transgression des limites (relation étroite entre les matériaux bruts, l’usage, lumières et ombres, relation avec l’extérieur, patine et « mixe » des matériaux…). Chaque matériau est utilisé en fonction de ses propriétés mécaniques.

        Les éléments extérieurs se retrouvent à l’intérieur, les limites deviennent floues (les planches du bardage se retournent à l’intérieur passant de 1cm de joint creux à 3 et 7 cm, l’escalier galvanisé rappelle les coulissants extérieurs, le tout renforcé par la baie à galandage de 6 m de long qui disparaît … Les lames de bois intérieures sont les lames déclassées de la vêture extérieure (soit les lames de Douglas avec aubier).

        Les coulissants en maille d’acier déployé participent à la protection solaire l’été, pixelisent le paysage et « intimisent » l’espace intérieur.

        Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - Rideaux métalliques du RDCPhoto © Jean-Charles Liddell

        (Faisant office de protection). Le grand coulissant en partie haute côté sud ne se manipule que deux fois dans l’année, « en famille » : pour marquer les saisons : on le ferme à la fin du printemps pour l’ouvrir à l’automne (apport solaire passif maximum ; même fermé l’été, il laisse un fin bandeau lumineux se promener dans la maison). Les ombres de celui-ci viennent « baver » sur le vitrage opalescent de la grande baie Sud, rendant le vitrage granuleux par un effet d’optique. Les matériaux se dématérialise : l’escalier est un tapis de tôle pliée, le bardage extérieur une véritable peau (débord de celui-ci sur les baies de l’étage) ; les matériaux transpirent entre eux : La vêture en Douglas à cœur sans traitement deviendra à terme gris argenté, noir, patiné, mimant l’aluminium et l’acier galvanisé.

        Pour résumer, nous avons une bande servante en RdC et à l’étage. Les espaces de vies sont séquencées par les voiles et des ambiances lumineuses différentes : le séjour est en double hauteur, directement ouvert sur la « pièce extérieure ». La salle à manger plus intime est à 2.3m sous plafond, cadre sur le jardin côté Est, la cuisine lui répond. L’entrée est relativement sombre, pour accentuer la lumière zénithale accompagnant l’escalier.

        Continuité de la cloison en bois entre façade, claustra et étage

        Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - MagicKub continuité de la cloison boisPhoto © Clément Darrasse

        Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - MagicKub cloison bois du séjourPhoto © Clément Darrasse

        Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - MagicKub cloison boisPhoto © Clément Darrasse

        Jean-Charles Liddell - Atelier RVL architectes - MagicKub cloison boisPhoto © Clément Darrasse

        Double hauteur et fluidité

          La maison est totalement ouverte avec des parties off, de véritables alcôves : les espaces de repos et de lecture sont réduits au stricte minimum : tatami (ils bénéficient d’une isolation acoustique renforcée : portes pleines et cloisons de 10 cm isolées montant jusqu’au bac acier). La salle de jeux à l’étage devient un second espace de vie plus intime et volontairement « peu défini » : des rangements sur roulettes (habituellement inertes) séquencent cette pièce en fonction de son usage (salle de jeux, rangements, chambre d’amis, salon télé etc … avec bien-sûr la possibilité de faire deux « vraies » chambres. Cette accident programmatique révèle des qualités voulues, de l’ordre de « l’affectif », le matin, je cherche mon rangement parmi les jouets de ma petite fille (que je ne vois pas assez, mais dont j’aurai tout les matins un état des lieu de « ces chantiers » de jeux …) : elle se réveille avec ses jouets qui ont joué sans elle !!!! … hum …

          Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - Le RDC de la MagicKub Photo © Gaëlle Leboulicot

          MagicKub Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - Double hauteur 1Photo © Clément Darrasse

          « Les rideaux coulissants pixelisent le paysage »

          MagicKub Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - Double hauteur 2Photo © Jean-Charles Liddell

          MagicKub Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - EscalierPhoto © Jean-Charles Liddell

          MagicKub Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - sous-face EscalierPhoto © Gaëlle Leboulicot

          Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - MagicKub intérieurPhoto © Clément Darrasse

          Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - MagicKub extérieur nuitPhoto © Jean-Charles Liddell

          Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - Voisinage MagicKubPhoto © Jean-Charles Liddell

          Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - Plans MagicKub

          Atelier RVL architectes - Jean-Charles Liddell - Baby MagicKubPhoto © Jean-Charles Liddell

          Architecte du projet …

          Atelier RVL architectes, Jean-charles Liddell

          Site web : www.atelierRVL.com

          Autres maisons présentées par les architectes :

          • RVL architectes – Grange contemporaine en bois
          L’avis de la rédaction :
          « Encore une maison cube » nous dit l’architecte Jean-Charles Liddell qui a construit ici sa propre maison, tout en simplicité et sobriété. Pourtant, la découverte de cette maison au volume si géométrique enclavée dans un quartier résidentiel « classique » ne nous laisse pas indifférents. Le plan carré, le double volume, ne font que renforcer son originalité parmi les constructions avoisinantes d’architecture plus standard.
          Si nous sommes ici interpellés par l’étage opaque tout de bois vêtu, c’est aussi parce que celui-ci repose sur un rez-de-chaussée dont les volets en maille d’acier déployé apporte vision et intimité et offre la possibilité d’ouvrir la façade sur une grande longueur, lumière naturelle et paysage n’ont plus qu’à s’engouffrer à l’intérieur.
          La fluidité des espaces intérieurs est renforcée par cette cloison en Douglas dont la continuité assure un parcours autant physique que visuel.
          La MagicKub est sans aucun doute une maison en bois agréable à vivre !!
            Cette maison vous plaît ? Partagez-là !! >>>

          Ajouter un commentaire

          Une réponse à “Une maison cube en bois sur un terrain enclavé”

          1. [...] Découvrez les photos et la description de la MagicKub par son architecte Jean-Charles Liddell sur la page de présentation qui lui est [...]

          Copyright © 2017 maisons d'archis - Découvrez des maisons d'architectes en France | Propulsé par Wordpress | Webdesign et développement jlcw